Accueil du site > Gravures > Gravures

Gravures


Gravure sur cuivre d'Anne Mandorla Gravure sur cuivre d'Anne Mandorla
Cosse. "Les palmiers absents de la superbe Afrique..." Baudelaire.
Dissémination. Herbes flagelles.
Seuil du rêve. Lustre séminal. Cartographier une sphère.
Faire un trou dans le vide. Désir charnel. Coulisses pour un somnambule.
Poésie de l'espace.
Poussière floricole.
Tant de petits éléments.
Lit pour un triangle.
Surtout par un été brûlant.
Nuit des limons.
Lignes segmentées.
Rouges échoués.




COMMENT VIENNENT MES GRAVURES

Mes bibliothèques personnelles révèlent l’impermanence de la matière des êtres et des choses - métaphore de la gravure et de l’acte de graver. Je fais partager mon regard entre figuration et abstraction et offre aussi de partager mon imaginaire, mon rapport sensible au monde. Je fournis une lecture esthétique de l’ordinaire. Mes thématiques sont empruntées à la botanique, la géologie, l’astronomie : paysage, flore, objets célestes ou micro-organiques, hors mesure grand/petit.

Il m’est nécessaire de pratiquer sur une même plaque de cuivre différentes techniques parmi la taille directe et la morsure à l’acide, de manière à atteindre des noirs profonds et veloutés, valorisés par des gris nuancés.
Outre qu’il impose de penser l’image inversée, l’acte de graver place dans une réelle implication physique : travail de la main, du poignet, du bras, de l’épaule. J’accepte l’impondérable, l’incident, la gestuelle aléatoire, le bougé, le dérapage de l’outil comme opportunités offertes par la spécificité de la gravure. Les mutations de la plaque, les reprises, le re-travail ponctuent la création de différentes étapes qui impliquent de tirer différents états.

Valeur / couleur : la captation de la lumière par mon œil m’oriente vers des compositions selon le plein et le vide, la ligne et l’aplat. Le noir absolu et le blanc du papier dégagent une force entre attraction et équilibre des masses. Pour éviter l’ennui des tirages répétitifs, j’interviens avec la couleur différemment selon chaque tirage à partir d’une même matrice : chaque épreuve est ainsi unique. A la dureté de l’incision sur le cuivre j’oppose la délicatesse soit des papiers marouflés, préalablement peints ou maculés, soit des rehauts aux pigments. Moyens ou petits - certains évoquent même la miniature – les formats de mes plaques sont déterminés par ma vision, mon champ visuel : portions, extraits, rectangles allongés comme une vue panoramique. Le contour des plaques est découpé à la cisaille.

Anne Mandorla




© Anne Mandorla | Plan du site
Design Alchimie Studio. Développé par Christian Julia avec SPIP
Clichés Anne Mandorla et Nicolas Pfeiffer.